Le numérique au service de l’indépendance et de la coopération

Un nouveau service aux entreprises, une façon novatrice d’aborder les possibilités du numérique, une approche renouvelée des rapports entre professionnels du droit et du chiffre… entreprendreavec.com, c’est tout cela et probablement plus encore. Explications, avec celle qui l’a portée sur les fonds baptismaux, maître Alexandra Joly.

La moitié des entreprises susceptibles d’être reprises ne le sont pas. Et cessent leur activité. Une perte d’emplois, de savoir faire…

Alexandra Joly.

Comment améliorer les choses ? Alexandra Joly a eu une idée : en fluidifiant l’information. « J’y pense depuis cinq ans, dit-elle, aujourd’hui, la coopération entre différents métiers est dans l’air du temps : c’est le bon moment pour avancer. » Et cette idée est désormais traduite concrètement, avec la création d’une plateforme numérique, entreprendreavec.com, qui permet aux professionnels du droit et du chiffre de communiquer au public les offres de cession ou d’acquisition de leurs clients, y compris dans le cadre de procédures collectives.

Aux professionnels du droit et du chiffre, c’est-à-dire aux avocats, aux experts-comptables, aux notaires, aux administrateurs judiciaires et aux mandataires judiciaires… Comme un parfum de transgression de tabou. « Nos professions sont différentes, mais nous travaillons déjà ensemble et l’efficacité de chacune de nos prestations ne pourra qu’être renforcée par une coopération mutuellement profitable. » C’est dit.

Cette plateforme, ce n’est pourtant pas une révolution. Même si c’est une première en France.

La démarche est simple. Les professions qui travaillent aux côtés des entrepreneurs ont une connaissance précise du terrain économique. Elles peuvent transmettre des informations fiables, en utilisant entreprendreavec.com. « Une entreprise, ça ne s’achète pas sur le Bon coin, c’est un investissement, un projet d’avenir. » En consultant la plateforme, l’éventuel acquéreur accède tout à la fois à l’information et à la possibilité de contacter le professionnel qui l’a déposée. De quoi pouvoir faire avancer le dossier rapidement.

Un réseau interprofessionnel

Simple, mais pourtant riche de sens. « La législation évolue, encourage l’interprofessionnalité, fait peu à peu tomber les barrières, les frontières entre les uns et les autres », constate Alexandra Joly. « Nous avons souhaité favoriser et ouvrir vers l’extérieur ce réseau interprofessionnel dont la synergie peut constituer pour nos clients une réelle chance de voir prospérer et aboutir leur projet de développement, d’acquisition ou de transmission. » Car la perspective du développement de ce nouveau service, entreprendreavec.com, c’est celle d’une collaboration entre professions différentes, chacune apportant son expertise. Tout en conservant une indépendance – à laquelle tous demeurent attachés – en même temps qu’une proximité avec l’entreprise qui reste le propre d’un cabinet à taille humaine. Cette coopération s’exerce dans un contexte de relations déjà nouées de longue date : avocats et experts comptables sont mutuellement prescripteurs ; en fonction de la nature des dossiers, professionnels du chiffre et du droit conseillent à leurs clients les compétences qui leur sont utiles.

« Cela représente aussi une évolution de notre métier », Alexandra Joly ne le cache pas. « Nous devons repenser notre exercice, élargir nos services d’accompagnement et élever notre niveau de technicité afin d’intervenir sur des montages plus complexes, à forte valeur ajoutée. »

Cette collaboration autour d’un outil informatique préfigure peut-être aussi le développement des sociétés pluri-professionnelles d’exercice récemment créées par le législateur pour ouvrir la possibilité à des cabinets d’associer avocats, experts comptables, notaires… dans une structure unique. « Nous en sommes aux balbutiements, nous verrons comment les choses évoluent », commente Alexandra Joly.

Pour l’heure, la plateforme entreprendreavec.com a pris son envol. Au service des entreprises, de leur maintien en activité et de leur développement. « J’ai plein d’idées sur tous les services que nous allons pouvoir créer autour de cet outil », sourit Alexandra Joly. Nous voilà prévenus.