Une soirée singulière à la maison de l’avocat

Le 27 juin, quatre avocats ont reçu leur honorariat. Soirée également placée sous le signe du départ à la retraite de Gian Prandini, secrétaire générale de l’ordre. Les avocats étaient là en nombre pour un rendez-vous qui restera dans les mémoires.

Gian Prandini, secrétaire générale de l’ordre des avocats de Grenoble, a pris sa retraite.

« Le bâtonnier Ballestas me l’a demandé, j’ai refusé; il a insisté, j’ai encore refusé et il me l’a imposé ». Gian Prandini est ainsi devenue secrétaire générale de l’ordre des avocats de Grenoble, il y a de cela quelques années. A ce qu’elle dit en tout cas. Qui pourrait prétendre à l’audace d’en imposer à Gian Prandini? Gian Prandini prend sa retraite. Et l’ovation qui suivit les mots qu’elle prononça au soir du 27 juin en atteste: c’est une page de la vie du barreau de Grenoble qui se tourne.

Emotion partagée.

L’émotion était décidément au rendez-vous de cette soirée. Elle était consacrée au passage de témoin entre Gian Prandini et Corinne Lemariey et à l’honorariat de  quatre avocats qui, aujourd’hui retraités, ont marqué le barreau de Grenoble : le bâtonnier Philippe Girard, maîtres Catherine Poli-Cabanès, Olivier Delcourt et Marc Peyret. Par delà la solennité de la procédure – « le conseil de l’ordre en ayant délibéré, confrère l’honorariat à… » -, c’était bien un moment d’humanité confraternelle que le bâtonnier Roguet ouvrait d’un mot : « vous voir partir est un crève-cœur, vous conférer l’honorariat une consolation ».

Le bâtonnier Girard et les membres du conseil de l’ordre.

Des pépites de vie s’offraient ainsi aux nombreux avocats qui emplissaient la grande salle de la maison de l’avocat. Car l’honorariat témoigne de la reconnaissance d’une profession, notamment pour l’excellence de la confraternité déployée au fil de carrières singulières.

Les quatre avocats reçus ont eu des parcours divers. Le bâtonnier Girard racontait avec un brin d’humour les conditions de son arrivée dans la profession. Où il advient que les hasards de la vie et les convictions de l’école laïque se donnent la main pour ne se point tromper. Tandis que l’ami de 45 ans, Jean-Michel Detroyat, chargé d’explorer les cheminements d’une carrière, admirait ses ascensions – le   Kilimandjaro…  Une altitude à l’image de sa détermination professionnelle. De maître Catherine Poli-Cabanès, son mentor, le bâtonnier Hubert Caillat dira qu’il ne lui a « rien appris ». Sentiment que l’avocate désormais honoraire ne partage en rien. Ce que confirme à sa manière Murielle Chaboud : « maintenant que Catherine n’exerce plus, les avocats en droit de la famille vont enfin pourvoir se faire entendre par les juges », souriait celle qui, à son tour, a grandi dans le métier éclairée qu’elle fut par l’enthousiasme exigeant de maître Poli-Cabanès. Ambiance ch’ti avec l’honorariat conféré à Olivier Delcourt. François Vercruysse, qui rendait justice à l’excellence de son parcours, est comme lui originaire du Nord et tous deux ont usé les bancs de l’université de Lille II. Une carrière qui témoigne de la technicité d’un spécialiste du droit des sociétés et du succès de la fusion des professions d’avocat et de conseil juridique intervenue en 1992. Il revenait au bâtonnier Pascal Eydoux de brosser le portrait de Marc Peyret. Une famille originaire de Saint-Vincent-de-Mercuze, un temps exilée dans la Vienne où le père de l’avocat fut député, avant de retrouver des racines dauphinoises. Tandis que Marc Peyret saluait sobrement la profession.

David Roguet, bâtonnier.

Pour tous, une empreinte indélébile – « vous êtes ma seconde famille », selon le mot de Catherine Poli-Cabanès – que confirmait la vive émotion d’Olivier Delcourt.

David Roguet concluait cette soirée de belle humanité. A l’endroit de Gian Prandini, il évoquait « l’élégance d’une constante délicatesse du rapport à l’autre ». « Vous êtes rare, ce qui est rare nous manque, vous nous manquez déjà ». Un manque que chaque avocat grenoblois ressent aujourd’hui.

Le bâtonnier Pascal Eydoux.

Maître Olivier Delcourt.

Le bâtonnier Philippe Girard.

Maître François Vercruysse.

Maître Catherine Poli-Cabanès.

Maître Jean-Michel Detroyat.

Maître Murielle Chaboud.

Maître Marc Peyret.

Le bâtonnier Hubert Caillat.

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *