Petits déjeuners de formation pour chefs d’entreprise

Le barreau de Grenoble s’est associé avec la chambre des métiers de l’Isère pour proposer des rendez-vous mensuels de formation aux dirigeants d’entreprise. Un format convivial, adapté aux horaires des artisans et centré sur des thématiques concrètes avec l’objectif d’apporter des réponses aux questions qui se posent à l’entreprise. Avocats, experts-comptables et animateurs de la chambre des métiers participeront à chacun de ces rendez-vous.

Article en version PDF à télécharger ici
Fiche pratique à télécharger ici

 

Christophe Queyron, directeur de l’économie à la chambre des métiers ; Diane Mazoyer, co-presidente de la commission entreprise du barreau de Grenoble ; Wilfried Samba-Sambeligue, bâtonnier de l’ordre des avocats de Grenoble ; Philippe Tiersen, président de la chambre des métiers ; et Pierre Schmidt, délégué pour l’Isère de l’ordre des experts-comptables lors du point presse organisé le 10 janvier à la chambre des métiers.

Christophe Queyron, directeur de l’économie à la chambre des métiers ; Diane Mazoyer, co-presidente de la commission entreprise du barreau de Grenoble ; Wilfried Samba-Sambeligue, bâtonnier de l’ordre des avocats de Grenoble ; Philippe Tiersen, président de la chambre des métiers ; et Pierre Schmidt, délégué pour l’Isère de l’ordre des experts-comptables lors du point presse organisé le 10 janvier à la chambre des métiers.

La réponse à un besoin. C’est d’ailleurs comme ça qu’est venue l’idée : « lors des permanences que nous tenons à la chambre des métiers, ce sont des questions récurrentes qui nous sont posées par les artisans », explique Diane Mazoyer, co-présidente de la commission entreprise du barreau. D’où la proposition faite à la chambre des métiers et de l’artisanat de l’Isère d’organiser des rencontres de formation et d’information à l’attention des artisans et chefs d’entreprise affiliés à l’organisme consulaire. Et c’est ainsi que sont nés les petits déjeuners experts de la CMA. Une naissance portée sur les fonds baptismaux par ses nombreux parrains lors d’une rencontre avec la presse qui s’est déroulée le 10 janvier dernier au siège de la chambre des métiers.

Le président de la chambre, Philippe Tiersen, en soulignait tout l’intérêt. « Lorsque l’on crée son activité, disait-il, on arrive dans un autre monde et c’est de contact humain dont on a besoin; de se sentir un petit peu tenu par la main, pas trop, mais un peu ».

Pour les avocats, un partenariat naturel

Le bâtonnier Samba-Sambeligue notait quant à lui l’évidence qu’est pour les avocats la réponse aux sollicitations des acteurs de l’économie locale. « Un partenariat naturel qui nous conduit à être parties prenantes de cette action en direction de l’artisanat et des petites entreprises ; et cela avec d’autant plus de conviction que l’artisanat représente une force économique de première importance dans notre département comme dans l’ensemble du pays ».

Ces rendez-vous mensuels qui associent avocats, animateurs de la chambre des métiers et experts-comptables viennent combler une lacune dans le dispositif déjà fourni que la chambre des métiers propose aux entrepreneurs. La chambre organise des entretiens individuels et dispense des formations collectives aux créateurs, aux repreneurs et aux chefs d’entreprise qui souhaitent transmettre leur société. Un besoin très réel, puisque 750 personnes ont participé à ces stages de quatre jours en 2014 et ils étaient 2000 l’an dernier à bénéficier des quelque cent sessions de formation organisées en 2016. Les dirigeants sont ainsi accompagnés jusqu’aux portes du centre de formalités des entreprises.

Prises de contact entre avocats et dirigeants d’entreprise

Mais il manquait à cette large palette d’outils ce que Christophe Queyron, directeur de l’économie à la chambre, nommait un « format atelier ». Une rencontre sur un temps adapté et d’une durée maximale d’une heure dans un contexte convivial, proposant autour d’un café un contact direct sur des thématiques concrètes avec des professionnels du droit et de la comptabilité. Le premier de ces petits déjeuners de travail portera ainsi le 19 janvier sur le problème des impayés.

Un autre intérêt de ces rencontres est de démystifier le contact entre artisans et avocats. « Ces petits déjeuners, outre l’intérêt concret immédiat qu’ils présentent, seront aussi l’occasion de démontrer que les entreprises ont tout intérêt à s’adresser à des professionnels du droit pour les conseiller en amont de leurs prises de décision ou pour faire face à une circonstance imprévue dès qu’elle se présente », relevait ainsi Diane Mazoyer.Cette initiative conjointe du barreau de Grenoble et de la chambre des métiers, à laquelle ont été associés les experts-comptables vient utilement renforcer les possibilités de formation et d’accès à l’information offerts aux chefs d’entreprises de la région grenobloise… dans l’attente d’éventuelles duplications de ces sessions matinales dans d’autres secteurs du département


En pratique

Les petits déjeuners de formation se déroulent chaque mois, le jeudi, dans les locaux de la chambre des métiers, ZAC Bouchayer-Viallet, 20 rue des Arts-et-métiers à Grenoble.

Ils ont lieu de 7h30 à 8h30, en présence d’un avocat, d’un animateur de la chambre des métiers et d’un expert-comptable spécialisés dans le domaine traité.

Chaque petit déjeuner se déroule sur un thème précis. L’objectif est de pouvoir apporter des réponses concrètes aux questions posées par les dirigeants d’entreprise.

La participation à ces petits déjeuners est gratuite. Ils sont accessibles sur inscription : contact@cma-isere.fr ou téléphone : 04 76 70 82 65.

Le programme du premier semestre

Le programme des petits déjeuners a été fixé comme suit :

– jeudi 19 janvier : gérer les impayés ;

– jeudi 16 février : établir les devis, factures et conditions générales de vente dans les règles pour éviter les impayés ;

– jeudi 16 mars : loi de finances 2017 : nouvelles mesures pour les TPE/PME ;

– jeudi 13 avril : connaître les baux commerciaux ;

– jeudi 18 mai : tout savoir sur les aides à l’embauche ;

– jeudi 15 juin : sortir du régime micro-entreprise.

27 250

C’est le nombre d’entreprises artisanales que compte le département de l’Isère. Ce chiffre était de 26 300 il y a un an, soit une hausse de 4 %.

63 000

salariés travaillent dans des entreprises iséroises de l’artisanat.

Le coup d’envoi des petits déjeuners d’information et de formation proposés aux chefs d’entreprise a été donné... lors d’un petit déjeuner, offert à la presse, celui-là.

Le coup d’envoi des petits déjeuners d’information et de formation proposés aux chefs d’entreprise a été donné… lors d’un petit déjeuner, offert à la presse, celui-là.

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *